Le blog de MA SANTE SOCIALE

Aussi longtemps que ce site existera, vous y trouverez des propositions de thèmes de discussion en rapport avec mes travaux de recherche sur le thème de la SANTE, plus particulièrement sur le thème de la SANTE SOCIALE INDIVIDUELLE, selon la définition officielle du préambule de la constitution de l'Organisation Mondiale de la Santé.

22 avril 2009. Hormis celle de Jules Romains dans Knock, il n'y a dans la langue française que deux définitions du mot SANTE. Pour Alexis Carrel (1873-1944), savant génial Prix Nobel 1912 mais aujourd'hui déconsidéré pour cause de fascisme sous Vichy, c'est le silence des organes. Pour l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS, WHO), c'est un état de bien-être physique, mental et social,ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité. Ce qui est aujourd'hui Santé Publique s'appelait encore Hygiène quand, de 1965 à 1968, j'enseignais cette matière aux élèves de l'Ecole d'Infirmières de l'hôpital Lariboisière. Je commençais mon premier cours par le rappel de la définition de l'OMS que je trouvais magnifique et qui m'inspire toujours le même respect pour son auteur méconnu sinon inconnu ; peut-être le Prix Nobel de la Paix 1968 René Cassin y a-t-il contribué. En 2009, définir ce qu'est la santé physique n'est pas difficile, ne serait-ce qu'en se référant à Alexis Carrel. Bien plus complexe et épineuse, abordable et abordée, est la définition du bien-être mental; une imagerie neuroscientifique moderne en plein boom vient brouiller les cartes d'une discussion livrée au seul pouvoir du verbe jusqu'à la fin du dernier millénaire. Mais nul ne sait (ni ne veut savoir?) comment définir la santé sociale d'un individu du genre homo sapiens sapiens. Interrogée sur ce point dans le numéro 50 de la revue L'Internat de Paris, l'une des grandes figures universitaires de la Santé publique, le Professeur Isabelle Durand-Zaleski du CHU Henri Mondor de Créteil, la taxe de tautologie stérile.


Faut-il avoir survécu aux épreuves physiques et mentales jusqu'au troisième âge pour comprendre que l'individu doit savoir exprimer une exigence de bien-être social parce qu'il souffre directement d'un mal qui, au départ, ne relève ni de son corps ni de son esprit. Au plan conceptuel, la dernière moitié du siècle dernier a trop vécu sous la domination du collectivisme inspirant l'Etat-Providence de l'Europe continentale et sa Sécurité Sociale opposé aux thèses libérales anglo-saxonnes. Ce schéma trop simpliste est devenu obsolète. Les réactions de tous et de chacun au gravissime état de crise dans lequel démarre le XXIe siècle démontrent clairement le manque de compréhension de ce qu'est, pour un individu d'abord, le fondement de sa santé sociale alors que la société lui offre les moyens techniques de se soigner physiquement et mentalement, s'il/elle ne se sent pas bien. C'est particulièrement vrai en France où ni le syndicalisme ni le socialisme ne parviennent à assumer les besoins disparates et non identifiés des individus qui les désertent au moins du point de vue du militantisme. La définition de la santé sociale ne relève pas du politique, qu'il soit de gauche ou de droite il pense pour la masse en déshabillant Pierre pour Paul en usant du fisc pour « compenser », pas plus que la santé publique ne relève que de la médecine pure.

Lire aussi :"Entre l'ascèse et la débauche, ma santé..."

Le suicide sur le site JFMA

téléchargement gratuit chez monBestSeller en pdf.

et De l'Ulcère Cérébral en vente chez Librinova

+ Pouaimes et Pouhaines en vente chez Librinova

ET MA SANTE SOCIALE DANS TOUT CELA ?
C'est le début de l'enquête en cours sur le site JFMA.fr. Je vous invite à exprimer votre approche... en l'écrivant à jf@jfma.fr qui vous répondra personnellement.

Jean-François Moreau, propriétaire et webmaster de www.jfma.fr

Dr Jean-François Moreau, AIHP, FACR

Professeur Emérite, Université Paris Descartes

Electroradiologiste honoraire de l'hôpital Necker

Ecrivain, historien, photographe, journaliste

Editeur et webmaster de l'ADAMAP http://www.adamap.fr/


répondre à cette introduction à la santé sociale sur  répondez en cliquant sur: http://www.jfma.fr/index.php?p=contact

 

A RAVENSBRÜCK

LA PHARMACIE DE MARGUERITTE CHABIRON
A VERDELAIS ETAIT DANS CET IMMEUBLE

LES RESISTANTES S'ENFUIRENT PAR LE JARDIN A PIC